La Passion Cathare

Chanson de Geste

A l’aube du XIIIème siècle à travers toute l’Europe, une nouvelle Eglise chrétienne s’opposa à l’Eglise romaine.
Jugée hérétique et persécutée dés ses prémices, cette Eglise trouva en Languedoc la terre promise à son expansion grâce à ses fidèles, que l’on nommait Bons Hommes ou Cathares, issus de toutes les couches sociales et en particulier de la classe nobiliaire. Rome et le pape Innocent III en appelèrent à la croisade contre la chevalerie occitane. Après 40 ans de guerre et la chute de Montségur en 1244, les barons occitans déposèrent les armes mais il faudra un siècle d’inquisition pour que disparaisse le dernier Cathare.

Originaire du Languedoc, natif des Hautes Corbières à deux pas des ruines somptueuses du Château de Padern dans l’Aude, je ne pouvais que me laisser guider par les traces encore brûlantes de nos ancêtres Cathares. J’ai donc un beau jour pris la plume pour enluminer cette histoire ou devrais je dire cette mémoire et je chante La Passion Cathare, de ses prémices jusqu’à sa fin tragique sur le bûcher.
Je vous laisse découvrir notre présentation dans l’attente, je l’espère, de nous produire chez vous et de vous conter l’Histoire qui va par les chemins.
Antoine Garrido
Un immense merci à Béatrice et à Manon qui m’ont inspiré par leur amour dans l’écriture de cette Chanson de Geste.
Un grand merci à Michel PEYRAMAURE, l’auteur du Roman La Passion Cathare édité en 2 tomes – Les Fils de l’Orgueil et Les Citadelles Ardentes – aux éditions Robert Laffont, qui a eu la gentillesse et la bonté de nous autoriser à prendre le titre de son Roman pour notre Chanson de Geste.


Les Musiciens

Maxime Pissane : Récit – Chœurs – Vielle à roue – Flûte – Claviers.
Compositeur de cette Chanson de Geste, Maxime Pissane en est le troubadour récitant et le fil conducteur qui nous relie à l’Histoire grâce aux charmes désuets de la vielle à roue et de la flûte dont les harmonies semblent venir du plus profond d’une tour ou du plus haut d’un rempart. De plus, son indéniable talent de conteur aux accents des hauts cantons nous replonge quelques siècles en arrière.

Eric Bois : Guitares – Chœurs – Orchestrations.
Eric Bois a signé les arrangements musicaux et les orchestrations qui donnent puissance et beauté aux musiques de Maxime Pissane. Aussi à l’aise dans le jeu déchaîné que dans le pathétique, ses guitares apportent à La Passion Cathare le côté épique qui colle admirablement bien aux textes d’Antoine Garrido notamment sur des titres tels que « Faydits » et « L’appel d’Innocent » sans oublier son jeu de guitare acoustique sur « Trencavel ».

Michel Géronimo : Batterie – Chœurs – Programmation Musicale.
Diplômé du prestigieux Musician Institute of Los Angeles, Michel Géronimo exerce ses talents de batteur dans différents styles qui vont du Blues en passant par le rock alternatif et le jazz. Ses baguettes semblent virevolter entre ses doigts et sa maîtrise lui permet de frapper avec la finesse et la puissance qui caractérisent si bien les grands batteurs.


« Ecoutez, laissez-vous remettre en mémoire, remettre en chair, toute cette histoire. Ecoutez les chevaux, les prières, les châteaux, les chemins et les guerres. Il faut fermer les livres d’histoire qui sont justes et écouter ces chansons qui sont vraies. Il faut oublier, une fois lue, l’histoire médiévale et ses exactitudes et prendre plaisir à l’art des mots d’Antoine Garrido, à ses musiques, oser avec lui l’incomplet et l’impossible pari de donner une vie, aujourd’hui, à des instants d’hier ».

Nicolas GOUZY
Consultant en Ingénierie Culturelle
Ecrivain


Vidéo

 

 


Le Programme

Légende : (*) Texte - (**) Chanson
Paroles : Antoine Garrido - Musiques : Maxime Pissane - Orchestrations : Eric Bois

1. Oyez, Oyez *
2. Terres d'Oc **
3. Les Bons Hommes *
4. Les Bons Hommes **
5. Innocent III *
6. L'Appel d'Innocent**
7. L'Ost **
8. Tuez les tous **

9. Monfort *
10. L'Invasion **
11. Trencavel *
12. Trencavel **
13. Minerve **
14. Les Châteaux **
15. Les Chevaliers Occitans *
16. La Prière du Chevalier **
17. Faydits **
18. La Reconquête *
19. Reconquista **
20. Les Larmes du Chevalier **
21. Les Inquisiteurs **
22. A l’Ombre des Remparts **
23. Mourir à Montségur **

 

 

 

 

Le Dossier de Presse

Nous avons tourné ce spectacle de 1995 à 2000 sous le nom « Les Hérétiques chantent La Croisade Albigeoise » et voici ci-dessous ces quelques articles de presse qui ont jalonné notre route.

Antoine Garrido a fait vibrer d’émotion les voûtes de l’Abbaye de Lagrasse, son spectacle se classe dans la catégorie de l’épopée, un genre qui ne supporte pas la médiocrité.
Midi Libre – 23 Juillet 1995

Entre musiques et adaptations modernes et sonorités tout droit sorties des ruines d’un Château Cathare, le résultat a surpris avant d’enchanter.
L’Indépendant – 21 Juillet 1996

Alliance d’instruments modernes et électriques et d’instruments du Moyen Age, un chanteur à la voix prenante et de qualité, textes originaux d’une sensibilité attachante, tous les ingrédients étaient réunis pour un spectacle de choix.
La Dépêche du Midi – 24 Juillet 1996

Antoine Garrido, retenons ce nom, a sur scène la présence torturée des plus grands, d’un Brel, qui s’accorde splendidement à l’histoire douloureuse du Catharisme.
Midi Libre – 28 Juillet 1996

Nous avons assisté au milieu d’un public médusé, ému et admiratif à la représentation d’un Opéra-Rock avec un chanteur dont on ne dira jamais assez le talent et qui nous a pris par le coin de l’âme.
L’Agathois – 27 Février 1997

Les musiques signées Maxime Pissane donnent souffle et puissance à la beauté des mots.
La Dépêche du Midi – 30 Mai 1997

Ces Hérétiques là sont loin de mériter le bûcher tant leur talent musical mis au service de l’Histoire fait un mélange étonnant et détonnant. Ces musiciens osent mélanger la vielle à roue à la guitare électrique, mais avec quel bonheur.
La Dépêche du Midi – 29 Mai 1998

Les Hérétiques atteignent une vraie grandeur épique.
Midi Libre – 27Mai 1998

Auteur des paroles de cet Opéra-Rock, dont le décor s’étend du Minervois aux Corbières, Antoine Garrido a tenu l’auditoire en haleine, autant conquis par l’originalité des musiques que par la beauté du texte.
Midi Libre – 11 Août 1999

Antoine Garrido n’est pas historien et ne prétend pas l’être, il n’est que troubadour et poète. Il ne revisite pas l’histoire, il l’enlumine.
L’Indépendant – 06 Juin 2000


© 2007-2015 Antoine Garrido